Vous êtes ici :

La fabrication additive séduit le secteur de l’automobile

pexels-vitaly-13780992

L’impression 3D, bien qu’elle soit considérée comme un outil de prototypage, commence à être utilisée pour la fabrication des voitures. Les avantages procurés par la fabrication additive facilitent grandement la vitesse de développement et donc de production tout en étant moins chère que les techniques d’usinage traditionnelles.

Quels matériaux utiliser ?

Il existe beaucoup de matériaux utilisables en fabrication additive, mais tous ne sont pas compatibles avec l’exigence de l’industrie automobile. Voici les matériaux les plus utilisés :
  • Le Polypropylène imprimé en 3D par SLS est résistant aux produits chimiques, étanche et ductile. Tout cela fait du polypropylène un matériau parfait pour des applications techniques, et pour la création de pièces durables. Il peut être utilisé afin d’imprimer en 3D des composants pour l’habitacle d’une voiture, un filtre à air, ou des conduits. 
 
  • Le Polyamide 6 est un matériau imprimable en 3D par Frittage Sélectif par laser (SLS). Il a une résistance thermique impressionnante et supporte bien les vibrations et les charges statiques. Toutes ces propriétés le rendent assez résistant pour maintenir l’assemblage d’un moteur.
 
  • Le Nylon PA11 est également un matériau imprimable en 3D par SLS. C’est une biomasse 100 % renouvelable qui serait une des réponses à un procédé de fabrication durable. De plus, son rapport poids/résistance très élevé, son excellente résistance aux chocs et sa rigidité en font un matériau très intéressant pour l’industrie automobile.
impression 3D dans l'automobile

Voiture de collection

Le marché des voitures de collection est en très bonne santé. Les amateurs de voitures développent davantage une nostalgie en admirant les voitures mythiques des siècles précédents. De ce fait, beaucoup en rêvent devenir propriétaire. Petit bémol : les problèmes mécaniques. En effet, lorsque les voitures tombent en panne, il est souvent difficile de trouver des pièces similaires à celles qui doivent être remplacées. Porsche Classic (branche de Porsche dédiée aux voitures de collection Porsche) a donc eu l’idée, via la fabrication additive et à la technologie SLS 3D, de reproduire ces pièces qui sont conformes aux pièces d’origine, que ce soit au niveau technologique ou visuel. Ils inspireront sûrement beaucoup d’autres constructeurs automobiles, voire même des garagistes indépendants.

Pneumatique 3D

Quand on pense à la problématique des pneus, à quoi pensons-nous ? Usure de pneu, crevaison, pollution, mais également les différents types de pneus selon les saisons. Et si Michelin, le manufacturier français, avait trouvé la solution pour répondre à tous ces inconvénients ? En effet, Michelin via le projet « VISION », a dévoilé un pneumatique sans air, biodégradable dont la bande de roulement imprimée en 3D serait renouvelable ou modifiable selon le type de route ou de condition météo à affronter. De ce fait, il est rechargeable et offre les mêmes performances qu’une bande de roulement classique. Que votre pneu soit usé ou que les conditions météorologiques changent (voyage au ski etc…), vous pouvez imprimer la bande de roulement dont vous avez besoin en quelques minutes, sans changement de pneumatique nécessaire. Vous faites donc des économies d’argent et surtout une action engagée au plan écologique. C’est une prouesse que Michelin est en train d’accomplir. Ce pneu devrait être commercialisé courant 2024, mais rien n’est encore confirmé.